La Havane

Retour à la Havane au petit matin.

Je tente le coup de retourner chez Cary, la petite mamie de la première casa. À peine elle me voit qu’elle me fait une énorme embrassade puis me tend un jus de fruit frais. Je lui raconte ce qui se passe puis me dit que je peux rester dans une petite chambre qui est là pour dépanner. En plus je peux y rester jusqu’à demain soir pour prendre une dernière douche si besoin (mon vol est à minuit). Parfaite cette Cary !

Il me reste donc aujourd’hui puis la journée de demain pour découvrir la Havane.

Vers la vieille Havane et son capitole :

Le lendemain je me balade vers la nouvelle ville et les bâtiments du gouvernement :

Contraste entre l’état de certains bâtiments :

Pas mal de zones ombragées quand même

L’avenue des présidents qui emmène vers la place de la révolution

Vous les avez reconnus ?

Petit moment je suis un artiste :

Retour chez Cary en fin d’aprèm, le temps de prendre une douche et de faire le sac. Il est déjà l’heure de quitter Cuba.

Je suis resté que 10 jours au lieu de 20, la prochaine fois je penserai à retirer plus tôt ! Même après quelques voyages je continue à apprendre !

Dans tous les cas il faudra revenir pour voir le sud de l’île, Hasta pronto !

Trinidad

Au petit matin départ pour Trinidad, pour une fois j’ai droit à une vieille américaine !

La route n’est pas dégueulasse :

J’arrive vers midi, je me pose avec le sac à dos sur le perron d’une église décidé à prendre mon temps, les casas ne manquent pas ici, j’en trouverai bien une !

Je tape la cosette à un papy qui cultive des bananes, puis à un guide qui attend que son groupe d’Allemands sortent d’un bâtiment historique. Puis je rencontre Alberto, il vend des cigares sous le manteau et me fait la visite guidée de la vieille ville de Trinidad.

Puis il me fait voir quelques casas, je pose mes sacs dans l’une d’elles, en plein dans le vieux Trinidad. Et je pars lui acheter quelques cigares.

Depuis le perron de la casa :

Petite déconvenue, cela fait 2 jours que je n’arrive pas à retirer d’argent. Jusqu’à maintenant je fonctionnais avec le liquide retiré avant le départ mais je commence à être à court !

Les banques en France sont fermées (Lundi), les transferts d’argent sont limités.
Petit SMS à Lyly pour lui demander combien couterait d’avancer mes billets d’avion pour dans quelques jours. Dans 2 jours ce n’est pas trop cher, après c’est hors de prix ! Je fais les comptes, soit je tente de continuer mais il faut absolument pouvoir retirer dans la prochaine ville sous peine d’être limite pour retourner à la Havane en plus du billet exorbitant, soit je rentre à la havane demain et change les vols pour dans 2 jours.
Je choisis la sécurité et demande à Lyly de changer les vols pour dans 2 jours.

Je termine la journée à flâner dans les magnifiques anciennes demeures de Trinidad, cette ville abritait les riches propriétaires de plantations de canne à sucre.

Ma charmante hôte m’emmène manger dans son resto préféré, sur une terrasse surplombant Trinidad. Je termine la nuit à tourner dans les rues pavées parcourues par des rythmes de samba et de « Hasta Siempre » à la guitare accoustique.

Demain, retour à la havane.

Cienfuegos

Départ à 10h de playa Giron en bus Viazul, pas de collectivo aujourd’hui !
J’arrive au terminal Viazul, au Nord-Est de la ville. J’ai en tête de descendre à Punta Gorda, tout au sud de Cienfuegos.

Quelques kilomètres plus tard, en arrivant vers Punta Gorda, je ralenti l’allure et commence à chercher des Casas avec vue sur la baie. Un Cubain, torse nu, cigare au bec et havana club dans la main se balançant sur sa rocking chair me lance « Monte les escaliers et va voir la chambre tout en haut ».

Si tu veux ! Après avoir traversé un petit jardin, je grimpe et j’arrive dans une chambre sur le toit du bâtiment, double terrasse et vue sur la baie :

Une fois le sac déposé, je repars vers le centre de Cienfuegos, à 3km plus au Nord. Je fais une pause à l’ombre en écoutant mes 2 nouveaux copains cubains qui jouent de la guitare.

10mn plus tard … Apéro !

Punta Gorda est relié au centre de Cienfuegos par un malecon, une route longeant la baie, sur environ 1km.

C’est ici que se trouvent les plus belles maisons de Cienfuegos.

Puis j’arrive au centre de la ville.

C’est le Dimanche du 2ème tour des présidentielles, les cubains suivent à fond les élections. Je rentre sur Punta Gorda en prenant un taxi. Miguel est à fond sur les élections et me spoil même lorsque je lui précise que je ne veux pas savoir ! « Non je te dirai pas t’inquiète, mais en tout cas c’est bien, il est jeune » … Merci Miguel.

Une fois en bas de la casa, je reste dans sa voiture à l’ombre et on parle bien 20mn politique.

Je termine la soirée à lire au bord de la baie.

1 2 3 37